CIP-LR, SYNDEAC, CGT, CULTURENDANGER

 

Pas de culture sans droits sociaux

 

 

_______________________________

 

Intermittents : faut-il changer de régime ?

 

 

_______________________________

 

 

 

Revue de presse du samedi 26 juillet

 

_______________________________

 

Ce que nous voulons réaffirmer avec force, c'est que la lutte « des intermittents » n'est pas, avant tout, une question de culture, mais bien plus une question de droits sociaux. Le nouvel accord Unedic va diminuer gravement les allocations de toutes les catégories de chômeurs sans distinction, qu'ils soient au régime général ou dépendant d'une des annexes.

_______________________________

 

Pour nous, la lutte continue, combien serons-nous en septembre ? Beaucoup moins, mais ce que ce combat nous a appris c'est à arrêter de regarder nos petits problèmes et à comprendre que ce qui arrive à l'Europe entière nous arrive dessus. Après le marathon, nous pensons à demain, au long terme, avec les autres, les travailleurs et les chômeurs, précaires et futurs précaires, français et européens.

______________________________


La République et la Grève

Par Jacques Allaire
Comédien, metteur en scène

 

_______________________________

 

 

La CGT Spectacle appelle à des grèves votées par les artistes et les techniciens

nous appelons à poursuivre la lutte et à amplifier la mobilisation dans l'unité de nos professions avec des manifestations, des actions ainsi que le vote de grèves .

La lutte continue !

_______________________________

Tu es, vous êtes, nous sommes, des travailleurs et le code du travail nous dit que quand on porte collectivement une revendication qui le justifie et qu’il n’est pas possible de faire valoir cette revendication par le dialogue social, les travailleurs ont le droit de cesser le travail. C’est une responsabilité très lourde, plus lourde pour certains que pour d’autres. On est d’accord ! Mais si on s’interdit soi-même ce droit, il n’y a plus de possibilité de faire évoluer les choses. Si le pouvoir croit que lorsque nous menaçons de grève, c’est du bluff, il n’y a plus de dialogue possible. Si on se laisse impressionner par des personnalités de notre secteur, il n’y a plus de dialogue possible.
Si on se laisse prendre par nos propres peurs, il n’y a plus de dialogue possible.
La grève n’a de sens que si elle a des conséquences graves.

L. Marsan

 

_______________________________

 

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
MARDI 24 JUIN 2014




Parce que nous avons procédé au décryptage et à l'analyse de l'accord UNEDIC du 22 mars relatif à l'assurance chômage
Parce que cet accord est destructeur
Nous demandons le non-agrément de l'accord UNEDIC du 22 mars

Parce que plusieurs au ditions ont eu lieu devant les missions d'information parlementaires de l'Assemblée Nationale et du Sénat
Parce qu'il y a eu dépôt d'une proposition parlementaire de loi (PPL)
Parce qu'a été créé un comité de suivi à l'Assemblée Nationale
Parce que ce comité de suivi a travaillé à des propositions de réforme aussi économiques mais socialement plus justes
Parce que nous sommes partisans d'un nivellement par le haut et non par le bas
Parce que ne nous voulons pas d'une société qui cul pabilise et fragilise les plus fragiles
Parce que ces propositions n'ont pas été considérées lors des négociations
Nous demandons le non-agrément de l'accord UNEDIC du 22 mars

Parce que nous informons les publics, avant et après les spectacles
Parce que des interviews à la radio et à la télévision ont eu lieu
Parce que plus de 30 tribunes ont été publiées dans les journaux nationaux
Parce que des clips sont diffusés dans tous les cinémas de France

Parce que de nombreuses occupations ont eu lieu : locaux de la DRAC, DIRECCTE, agences Pôle-Emploi...
Parce que le 16 juin, journée de mobilisation nationale, nous étions 1 300 à manifester dans les rues de Montpellier
Parce que tous les jours nous nous rassemblons en Assemblées Générales pour discuter, évaluer, communiquer, décider et agir
Parce que des Assemblées Générales se déroulent partout en France
Parce que le mouvement a pris une ampleur nationale
Nous demandons le non-agrément de l'accord UNEDIC du 22 mars

Parce que le gouvernement a été interpellé par des parlementaires
Parce que le gouvernement a malgré tout décidé d'agréer ce texte, ce 26 juin
Parce que nous ne pouvons nous satisfaire des propositions de compensations qui nous sont faites car elles ouvrent la voie à notre exclusion de la solidarité interprofessionnelle sous couvert d'une ex ception
Parce que nous ne pouvons mettre de côté nos revendications collectives
Parce que nous ne pouvons oublier tous ceux pour qui nous nous battons aussi
Nous demandons le non-agrément de l'accord UNEDIC du 22 mars

Parce que nous sommes entrés dans un rapport de force avec le gouvernement
Parce que nous pensons aujourd'hui que la grève est le seul moyen efficient de faire pression sur le gouvernement
Parce que depuis le 3 juin, les équipes techniques, artistiques et administratives du Printemps des Comédiens sont en grève
Parce que depuis le 3 juin, les spectacles du Printemps des Comédiens ne se jouent pas

Parce que des équipes et des théâtres se mettent en grève partout en France
Parce que le festival Uzès Danse a été annulé
Parce que le festival « Mouvement sur la Ville » est en grève et ne pourra donc avoir lieu

Parce que nous savons ces choix difficiles

Parce que les deux premiers spectacles au théâtre de l'Agora - Montpellier Danse n'ont pas eu lieu
Parce que le mépris entraine l'exaspération
Parce ce soir deux équipes techniques de Montpellier Danse sont en grève et que deux spectacles ne se jouent pas
Parce que nos actions ne connaitront pas de fin.

Parce que nous avons tout essayé
Parce que nous n'avons pas le temps
Parce que nous prenons la mesure de tout cela
Parce que ne pas Résister serait une « aberration suicidaire »
Parce que ne pas Résister serait être irresponsable
Parce que ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.
Nous demandons le non-agrément de l'accord UNEDIC du 22 mars.

Nous rappelons que le droit de grève est un droit individuel.
Nous appelons solennellement chacun, artiste, technicien, personnel administratif, directeur à prendre la mesure de l'importance des prochains jours .
Nous les appelons à entrer dans le mouvement, à se réunir et à se mettre en grève.
Nous rappelons que l'unique pression que nous voulons exercer est sur le gouvernement.
Nous rappelons que la seule bataille est la bataille contre cet accord dévastateur.
Nous rappelons que nous demandons le non agrément de l'accord du 22 mars.

 

_______________________________

 

ON NE JOUE PLUS !!!!!

Opération déminage. Dans une allocution d’une prudence extrême, le Premier ministre Manuel Valls a annoncé jeudi en fin de journée qu’il reportait la mise en application du point le plus contesté de la convention Unedic, le différé

 

 

______________________________________________

 

 


PAS DE MESURETTES : LA LUTTE CONTRE L'AGRÉMENT DE LA CONVENTION UNEDIC CONTINUE !

_______________________________


 

Imaginer un revenu garanti pour tous

lire

———————————

 

Le décryptage complet de l'accord UNEDIC sur l'assurance chômage (10 06 2014)

clique

 

———————————

 

Le combat des intermittents du spectacle contre
la nouvelle convention Unedic de leur régime
d’assurance chômage n’est en rien sectoriel ou
catégoriel. Engagé depuis une dizaine d’années, il
recouvre un triple enjeu de civilisation : la conception
du travail, la place de la culture, la définition de la
démocratie.

PAR E. PLENEL

ici

 

_________________________________________

 

 

Carte des intermittents en lutte : ici

 

———————————

 

 

Le droit pour chacun, étiqueté artiste ou non, d’œuvrer pour d’autres fins que le profit, le tourisme, l’attractivité des territoires et autres fariboles...

linsatiable

 

———————————

CONTRE L’AGRÉMENT DE LA CONVENTION UNEDIC ET L’AUSTÉRITÉ BUDGÉTAIRE …


POUR L’EMPLOI ET LES DROITS SOCIAUX :

LA GRÈVE !

 

La Cgt Spectacle appelle l’ensemble des artistes, techniciens, salariés et auteurs du
spectacle, du cinéma et de l’audiovisuel à multiplier les grèves : clique

 

Préavis de grève du 5 juin au 30 juin 2014 : clique

 

———————————

 

Mouvement Unitaire Languedoc-Roussillon contre l'accord UNEDIC du 22 mars 2014

 

Tract 1er mai 2014.pdf : ici

 

———————————

 

CONSTERNEZ-VOUS /CONCERNEZ-VOUS

 

Dès le 1er Juillet 2014 tout intermittent qui aura ses droits ouverts est concerné.
• Vos revenus vont baisser de 0.8% lors de la prochaine admission, et de 1 à
2% lors de la réadmission qui suivra.
• Les employeurs vont connaître une réduction de leurs moyens, du fait de
l'augmentation des cotisations patronales, d'où une réduction des projets et
une baisse de l'emploi.
• Une « chance » sur deux d’avoir un différé de plus ou moins 30 jours que
vous n'avez jamais eu auparavant et pendant lequel vous ne serez pas
indemnisé : faites votre calcul, Le différé commence avec 8500€ (507h) ; Sinon,
il vaut mieux refuser les augmentations.
• Et surtout, il sera "préférable" de ne pas avoir des contrats pendant le différé,
car ils ne seront pas toujours pris en compte lors de la réadmission qui suivra.


Serez-vous capable de vivre 30 jours ou plus sans revenu, et ce, tous
les 10 mois ?

 

———————————

 

CHARTE DES FESTIVALS

 


Attendu que 6 chômeurs sur 10 ne sont pas indemnisés
Attendu que l’accord du 22 mars fera des économies sur le dos des pauvres
Attendu que l’accord du 22 mars met en place dans le régime général des droits rechargeables qui
organisent la course aux petits boulots mal payés et synonymes de grande précarité
Attendu que l’accord du 22 mars vide de son contenu l’annexe 4 des intérimaires
Attendu que l’accord du 22 mars reconduit et aggrave l’accord du 26 juin 2003 sur les annexes 8 et 10
dénoncé par tous les intermittents et une grande partie de leurs employeurs
Attendu que l’accord du 22 mars pour les annexes 8 et 10 met en place des ruptures de droits inédites
par un différé d’indemnisation injuste et des surcotisations qui frapperont de plein fouet les plus fragiles
Attendu que la ministre de la culture Aurélie Filippetti s’était engagée à ce que les contre-propositions
du comité de suivi soient étudiées
Attendu que François Rebsamen a signé le 9 mars dernier une tribune du comité de suivi demandant à
ce que l’accord prenne en compte ces contre-propositions
Attendu que le président de la république et les membres du gouvernement dénonçaient l’accord de
2003 quand ils étaient dans l’opposition
Attendu que ce gouvernement est le premier à baisser les budgets de la culture entrainant des
licenciements invisibles : ceux de tous les intermittents non engagés dans des projets qui ne se font plus
Attendu que ces attaques sur les budgets et les droits sociaux nous empêcheront à terme de réaliser nos
projets
Attendu que les chômeurs sont humiliés, les 9 millions de pauvres ne sont pas considérés
Attendu que les solutions dignes de réponses à la précarité existent et que nos contre-propositions
n’ont toujours pas été étudiées
Attendu que François Rebsamen, soutenu par le gouvernement, veut tout de même donner son
agrément à l’accord du 22 mars
Attendu que les actes doivent suivre les engagements et que les trahisons sont avérées
Nous déclarons persona non grata tous les membres du gouvernement dans les festivals. Les
spectacles auxquels ils veulent assister n’auront pas lieu, il en va de leur responsabilité.
Ici, en Languedoc-Roussillon, nous nous laissons la possibilité d'élargir notre champ d'actions
et de considérer persona non grata tout autre élu, représentant de l'état et du peuple qui
n'aurait pas pris clairement position contre l'agrément de l'accord du 22 mars.